mercredi 27 décembre 2017

journal de maintenant - mercredi 27 décembre 2017

l'esclavage encore en pays musulman... son illégitimité



Au secours des Haratine:SOS-Abolition

lundi 25 décembre 2017

Interview Ousmane Timera lors de la journée Ganbanaaxu Fedde


Le 23 décembre 2017 lors de la journée de Ganbanaaxu Fedde, nous avons interviewé, M. Ousmane Timera, enseignant, conférencier et militant engagé. Ousmane Timera est investit dans la réflexion sur la pensée islamique, la pensée politique et le développement social dans les quartiers populaires en France.

Ousmane Timera veut ratisser large en rassemblant toutes les synergies qui militent pour la fin de l’esclavage et ses séquelles. Plus loin, il le défend  d’ailleurs en disant : « Moi, ma proposition est faite suite à l’appel  international que j’ai lancé contre l’esclavage, la discrimination et l’exploitation dans le monde musulman de Dakar à Djakarta.»




lundi 11 décembre 2017

journal de maintenant - lundi 11 décembre 2017

rumeur d'une réconciliation entre cousins ennemis,facilitée par Emmanuel Macron


Le 11/12/2017 à 20:35, Mohamed A… a écrit :




RV Bouamatou - Aziz selon des sources généralement bien informées

Des sources bien informées ont rapporté au site : « sawahell.info » que « Le président français Emmanuel Macron doit se rencontrer , en marge du sommet climatqui se tient à Paris le 12décembre,avec le président Mauritani

Je vous ai envoyé ce lien qui publie une rumeur qui m'a complètement abasourdi.En y réfléchissant je me suis dit que ce n'est pas ou plutôt que cela ne peut pas être vrai.



un grain de sable pour secouer la poussière...

Chez Vlane, reprenant Adrar Info.

RV Bouamatou - Aziz selon des sources généralement bien informées

Lundi 11 Décembre 2017 - 12:27

RV Bouamatou - Aziz selon des sources généralement bien informées
Des sources bien informées ont rapporté au site : « sawahell.info » que « Le président français Emmanuel Macron doit se rencontrer , en marge du sommet climatqui se tient à Paris le 12décembre,avec le président Mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz et l’homme d’affaire d’origine Mauritanienne et de nationalité française Mohamed Ould Bouamatou   pour conclure un accord de réconciliation entre les deux hommes,  à la manière de celui  qui s’est tenu au Liban entre le président Hariri et le chef du Hezbollah, Nasrallah.
Le Maroc serait également représenté à cette rencontre secrète entre les trois hommes en vertu de laquelle, l’homme d’affaires arrêtera ses critiques et prises de position contre le régime en place en Mauritanie et l’autre partie annulera le mandat d’arrêt contre l’homme en exil et mettra fin au  harcèlement de  ses associés et amis en Mauritanie.
La source a souligné que la familles de l’épouse du Président Ould Abdel Aziz  et des démarcheurs du Royaume du Maroc ont joué un rôle majeur dans l’organisation de la dite réunion de réconciliation  en aplanissant  les difficultés et en convainquant  le président Aziz, qui refusait obstinément tout compromis concernant  cette affaire.
Source : http://sawahell.info/index.php/component/k2/item/42825-2017-12-11-09-48-41

Le 11/12/2017 à 22:48, Bertrand Fessard de Foucault a écrit :
Mauritanie, 2008 recommence
Voilà ce qui me revient de source mauritanienne sérieuse.
Contribuer à réconcilier les deux anciens amis - l'un finançant l'autre pour corrompre Guéant... - devenus ennemis actuellement, puis possibles concurrents si une succession au système actuel d'origine putschiste se dessine en 2019 terme constitutionnel du second mandat de Mohamed Ould Abdel Aziz... tout cela est une vieille logique de notre part. Elle est née pendant la tentative nationale de démocratie, fondée sur une élection contrôlée et sincère, pluraliste comme jamais constatée dans le pays : nos "services" se sont laissés convaincre par celui qui avait déjà renversé le précédent régime autoritaire en Août 2005 (Maaouyia Ould Sidi Ahmed Taya, putschiste d'origine en 1978 contre le père fondateur, Moktar Ould Daddah) que lui - Mohamed Ould Abdel Aziz - serait le meilleur garant pour la sécurité dans le Sahel. Pourtant que d'attentats tandis qu'il était, sous le président démocrate (Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi), le principal responsable de cette sécurité, dont celui sur la route d'Aleg, qui fit passer en Argentine, le "Paris-Dakar".
Déjà, la photo du dictateur au côté du Président, à un premier sommet du G5 sahélien, avait été ravageuse pour les démocrates mauritaniens. Cet accord putatif - demain ou après demain - chez nous et sous notre égide ne sera avantageux que pour Mohamed Ould Abdel Aziz. Le Président, en Avril dernier, avait donné à Bourdin le mode d'emploi qu'il se donnerait vis-à-vis des dictatures, s'il était élu : aider au maximum les démocrates en lutte dans l'intérieur, chacun, de leur pays respectif. Nous ferions le contraire ?
Je comprends que nous croyons à la parole de MoAA de ne pas violer "sa" Constitution en briguant un troisième mandat. Je n'y crois pas, pour ma part. Il a trahi tout le monde - longue liste - depuis qu'il a eu la responsabilité de former la garde présidentielle (1987, le BASEP, sur modèle irakien)de  "l'homme fort". Je sais aussi notre conviction que l'armée mauritanienne est plus sérieuse que d'autres.
Ces supposés nous contraignent. Nous n'allons pas - ainsi - établir au Sahel la sécurité européenne. Ni inspirer confiance à nos partenaires européens - notamment Madame Merkel - si nous leur présentons un tel champion.
Je sais bien que les alternatives ne se présentent guère, mais en soutenant Mohamed Ould Abdel Aziz, nous en ôtons imagination et espérance à toute élite. Et pas seulement en Mauritanie. t en toile de fond, il nous est prêté une action forte sur le Sénégal pour que Total rentre dans la course locale au pétrole.
Très chaleureusement à vous …,.

Le 11/12/2017 à 22:55, Bertrand Fessard de Foucault a écrit :

Grand merci, mon cher ami. J'y crois au contraire tout à fait, cf. mon message précédent. Phe, le conseiller d'EM et J. chargé de trouver des solutions alternatives ou des renforcements au Sahel. Le premier dirigeait le cabinet de Kouchner à l'automne de 2008 (Quai d'Orsay) et le second, celui du ministre de la Coopération alors : Joyandet. Tous deux ainsi que la "cellule diplomatique" de l'Elysée (Sarkozy) hostiles au coup du 6 Août. Tous trois nous avons failli l'emporter, je devais même être missionné  Puis Guéant convainquit NS.

Tenons-nous mutuellement au courant, cher Ministre. Vous êtes seul destinataire - en copie cachée - de mon message à ces deux, actuellement bien placés.

Très chaleureusement.

Le 12/12/2017 à 03:15, Mohamed A. a écrit :
"Pauvre Mauritanie! Ses problèmes se réduisent à   régler  une dispute simulée entre deux petits mafiosi à 4 sous"

Voici un commentaire sur le vif à la première lecture de ces quelques lignes 

Ce qu'on devrait savoir en France est que ceux qui "nous traitent" n'ont aucune idée de la realité du pays, de la situation politique qui y évolue de jour en jour: il y a la réalité  et il y a le désir.. ..
Il y aurait à  cela deux raisons
_le niveau des representants,diplomates et "autres"....
--la médiocrité des mauritaniens soit disant "francophiles" auxquels les services diplomatiques et "autres" font une confiance aveugle.
Il a un proverbe de chez nous qui conseille
"D'écouter ceux qui vous pleurer plutôt que ceux qui vous font rire"
Les services français veulent à tout prix une "situation ideale" pour les mafiosi avec lesquels ils coordonnent déjà depuis les dernieres années de Taya.
Et cela ne "sent pas bon"! Et nous le savons  nous autres, certains  mauritaniens avisés! Parce qu'il y en a encore quelques uns et qui sont ulcérés de la manière dont la France "gère"(sic) ses relations avec  ce pays depuis déjà les dix dernières années.
Nous savons ici que quelques jours avant la mort de Ely une transition devait intervenir avec Ely aux commandes ' transition pendant laquelle Bouamatou devait "preparer son élection démocratiquement"
Je suppose que c'était un plan qu'on a dû faire "avaler" à  l'Élysée  comme on a fait avaler le forcing pour introniser  MOAA.Mais tout cela c'est l'oeuvre de Bouamatou et Ely  et leurs alliés Et savez-vous qui sont leurs alliés?Eh bien prenez note:
-----les tenants des trafics internationaux
------la FrancAfricque et tous ses moyens ses connexions dans tous les services et administrations
-------la franc-maçonnerie
-------lsrael avec  tout son poids et
 C'est plutôt lourd pour la petite et faible Mauritanie 
Ce sont là  des éléments que nous croyons savoir.
Et tout compte fait on peut en faire un écrit et le lancer sur les réseaux.
.et avec des détails précis et irréfutables. 

La France chercherait un "francophile" comme Ely ou Bouamatou ou Hamza ou Biram ou quelqu'un d'autre que je ne veux pas citer parce qu'il est chargé de certaines pour la Francophonie. Avec Bouamatou on aurait d'ailleurs un citoyen Français ( et peut-être aussi Marocain en passant....)
Pour l'avenir de la Mauritanie et sa stabilité et surtout pour que la France continue à y avoir dès interêts je suggere qu'on change d'approche à l'Élysée et quai d'Orsay, puisque les autres structures semblent encore "proches" du "consortium" dont on a parlé plus haut.
---ll n'y a pas de Mauritanien qui ne soit francophile suffisamment pour protéger les intérêts de la France tout en protégeant un tant soit peu ceux de son pays.
Bouamatou, Ely, MOAA, ont-ils jamais, depuis Taya deja, eu des comportements qui laissent penser qu"ils "enviagent" les intérêts Pays.?
C'est tellement récent tout cela que personne n'a oublié.
Voilà ce que ce petit commentaire des " petits mafiosi à 4 sous" m'a suggéré comme réflexions je les partages avec vous

Bonne journée


Le 12/12/2017 à 07:27, Bertrand Fessard de Foucault a écrit : Mauritanie exemplaire de nous
Cher…., cher ….,
voici une autre réaction. Un des plus importants ministres de Moktar Ould Daddah, et très jeune à l'époque de celui-ci, alors à son apogée. De très importantes  réformes de l'éducation nationale.
J'ajoute à son appui, que Mohamed Ould Abdel Aziz a multiplié cette année les insultes à la France, croyant à cette démagogie qui au contraire déplaît profondément aux Mauritaniens de tous bords : l'aéroport international portant le nom d'un des derniers combats (1932) entre résistants maures du nord et nous : mort du lieutenant Mac Mahon, et le drapeau national modifié pour y ajouter en deux bandes horizontales rouges le rappel du sang des martyrs. Si martyrs, il y a eu ce furent lors des massacres du printemps de 1989 initiés par de très graves incidents sur la rive gauche du Sénégal, et plus précisément encore le massacre des militaires d'ethnie Toucouleur de 1987 à 1991 ("les années de braise") sur ordre du dictateur militaire de l'époque : Maauoya Ould Sid'Ahmed Taya, réfractaire entêté au discours de La Baule. Tout cela contre nous.
Nous avons le dos souple mais l'esprit raide.
Voeux à tous deux de bonne journée, que je suppose très occupée.
Citation ---

samedi 9 décembre 2017

samedi 25 novembre 2017

Mohamed Ould Abdel Aziz et le terrorisme au Sahel


Ce que je reçois d'un ami mauritanien et transmets aux autorités françaises, en train de réorganiser la relation européenne en sécurité par le Sahel.

Mauritanie-Alerte : Le groupe du G5 Sahel doit savoir que le pouvoir Mauritanien est complice des terroristes dans le Sahel

Mauritanie-Alerte : Le groupe du G5 Sahel doit savoir que le pouvoir Mauritanien est complice des terroristes dans le Sahel, comment un tel régime, pourra-t-il combattre le terrorisme ?  La république du Mali en souffre de cette complicité, le général Ould Abdel Aziz avait refusé de soutenir l’intervention de la France et les pays africains pour chasser les terroristes dans le Nord Malien sous la pression de Salafo-Wahhabisme obscurantistes que le pouvoir loge, nourrit et protège.  Ce « G5 Sahel» : Groupe de cinq pays du Sahel est constitué de : Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Nous demandons à la communauté de ne pas financer un régime qui constitue le talon d’Achille d’extrémistes religieux, négrophobes esclavagistes, anti-Sahariens, Antioccidentaux et Judéophobes fiers.  


L'affaire de se jeune ingénieur « caste forgeronne » accusé à tort de « blasphème-apostasie »,  M. Mohamed Cheikh Ould Moukheitir, vient de jeter toute la lumière sur la réalité du régime Mauritanien. Il n’y a plus d’ambigüité possible, le pouvoir Mauritanien cherche toujours à séduire les terroristes qui sévissent dans le sahel. En tout cas, la nouvelle loi proposée illico-presto en conseil de ministre et approuvée immédiatement, soi-disant contre le blasphème et l’apostasie encourage les extrémistes « religieux » de s’installer en Mauritanie.  

Dieu et son prophète (PSL)  pardonnent aux âmes pécheresses  mais les Oulémas maures et leur pouvoir Salafo-Wahhabite obscurantistes  sous contrôle du régime de Mohamed  Ould Abdel Aziz disent qu’ils ne pardonneront pas ; mieux ; ils  exécuteront  désormais officiellement des citoyens mauritaniens qui ne cadrent pas dans leur idéologie sanguinaire et sectaire pour motif « Blasphème-Apostasie ».

Ils ont osé se mettre officiellement, au dessus de Dieu et son prophète  pour exécuter de citoyens et étrangers innocents, qui seraient indésirables pour eux, sur   des accusations fallacieuses de barbus dans le désert. Quelle horreur militaire,  feu Thomas Sankara disait : « Un militaire sans formation politique n'est qu'un criminel en puissance », et on peut dire que cela prend forme en Mauritanie actuellement.

 Nous voici en plein dedans en Mauritanie, officiellement, ils tueront au nom de Dieu et son prophète. Étonnement, le G5 et la communauté internationale ne disent rien alors que chaque mauritanien risque d'être confronté à  cette sentence barbare. Il semble que les assassins ont des beaux jours en Mauritanie. Le régime Mauritanien vient de piétiner à nouveau les traités et conventions internationales qu’elle a signées et ratifiées qui devraient être au dessus des lois nationales.

Avant de tuer un apostat, mais, qu'ils  commencent  d'abord à exécuter les assassins qui sont tapis dans l'armée et dans les mosquées. Pourtant, Dieu et la charia islamique est  claire sur le sujet. Toute âme qui donne la mort intentionnellement, doit être exécutée de la même sorte. Pourquoi  tuer seulement les apostats ou blasphémateurs? Leur punition est entre la main de leur créateur, qui ne commet pas de pêché   dans ce  monde  selon la religion? Seuls les abolitionnistes et militants des droits inhumains sont visés par les nouvelles manœuvres du régime qui soutient les extrémistes religieux arabo-berbères proches du pouvoir, car, ils sont considérés comme les ennemis de l’islam, des traitres à la solde  d’occidentaux mécréants, juifs etc….



«  Nouakchott,  16/11/2017  -  Le Conseil des Ministres s'est réuni le Jeudi 16 novembre 2017 sous la Présidence de son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République.

Le Conseil a examiné et approuvé un projet de loi abrogeant et remplaçant les dispositions de l’article 306 de l’ordonnance 83-162 du 9 juillet 1983 portant institution du Code Pénal.

Le présent projet de loi vise à abroger et remplacer l’article 306 de l’ordonnance n°83-162 du 09 juillet 1983 portant Code Pénal en vue de durcir les peines prévues à l’encontre du blasphémateur de Dieu ou de ses messagers ou ses anges ou ses livres ou l’un de ses prophètes. »

Source : Site officiel de l’état du gouvernement Mauritanien :



Diko Hanoune/ Militant Abolitionniste

Garanti sans virus. www.avast.com


journal de maintenant - samedi 25 novembre 2017

mardi 21 novembre 2017

conversations racistes entre épouses de personnalitéés au pouvoir



Le 21/11/2017 à 21:36, Diko diko a écrit :

Mauritanie : Scandaleuse conversation entre Mme Tekeiber Mint Ahmed




Mauritanie : Scandaleuse conversation entre Mme Tekeiber Mint Ahmed,  femme de Mohamed Ould Abdel Aziz, la femme du général Mohamed Ould Ghazouani, l’homme de l’ombre de la présidence Mauritanienne, chef d'état-major de l'armée, qui  assure « l'intérim » en cas d’absence du président Ould Abdelaziz,  la femme d’un commissaire au nom de Dahmis et la voyante du couple présidentiel. Les nominations se feront uniquement en consultant la voyante du palais présidentiel et la première dame du pays, n’est ce pas des animistes qui nous tympanisent qu’ils sont les gardiens de l’islam et son prophète (PSL) sur le sol Mauritanie?

Non, vous ne rêvez pas, Aziz et sa femme croient plus aux délires de leur voyante attitrée qu’à la parole d’Allah. Ce sont les mêmes hypocrites, menteurs, qui  avaient accusé l’ex-président, Sidi Ould Cheikh Abdallahi  afin de  le renverser d’être sous la tutelle de sa femme, aujourd’hui, ils nomment et licencient des diplomates, des fonctionnaires de l’état jusqu’aux plantons et chauffeurs dans les ambassades sur l’injection de leurs femmes. Cette affaire, surtout les propos, sont extrêmement graves, montrent combien ceux qui décident en Mauritanie, sont racistes et esclavagistes. Ils sont Hartanophobes, négrophobes et Judéophobes fiers sans complexe ni remord. Une horreur au sommet de l’état Mauritanien, franchement.


La femme du général Ould Ghazouani,  chef de l'État-Major de l'armée Mauritanienne, vit aux États-Unis d'Amérique depuis plusieurs années sur le compte de l'État Mauritanien, avec  son fils atteint d’un lourd handicap,  il est pris en charge par des médecins Américains pour un handicap à vie. Le gouvernement mauritanien a octroyé un poste de diplomate à Washington à l'épouse du général par la gabegie et les hold-up continuent de dignitaires du régime raciste et népotiste de Mohamed Ould Abdel Aziz qu’ils perpétuent continuellement en Mauritanie.

 Dans ces échanges Whatsapp, l'épouse du général Ghazouani s'en prend à deux  employés de l'ambassade de Mauritanie à Washington DC, un pauvre chauffeur et un planton, qu'elle traite de membres IRA-MAURITANIE, donc des traîtres de la Mauritanie, selon elle. L'épouse du général Ghazouani, très remontée contre la communauté Haratine qu'elle traite avec beaucoup de mépris tout en l'assimilant à IRA.

Madame Ghazouani s'est aussi violemment attaqué à la fille de Boydiel Ould Houmoïd, président du parti Al-Wiam. La fille de ce dernier travail comme comptable à la mission diplomatique mauritanienne aux USA. La femme du général traite la comptable de tous les noms et l'indexe comme une vilaine personne qui soutient IRA-Mauritanie et qui déteste les maure en la personne du fils du garde des sceaux Mauritanien, Brahim Ould Daddah.

Mariem femme du général a exprimé dans les audios Whatsapp que le ministre de la justice a eu le courage d'éradiquer le mouvement IRA par une répression féroce totale et déterminée; elle considère que la comptable, étant de la communauté Haratine, détesterait les fils du ministre à cause de la rigueur avec laquelle son père à fait emprisonné et persécuté les dirigeants et  militants d'IRA qui sont Haratine. La femme du général s'en prend aussi dans les audios Whatsapp à une femme diplomate mauritanienne en poste à Washington DC, du nom de  Dheihi avec une violence inouïe tout simplement parce-que le frère de cette dernière fut un ex-membre du bureau exécutif de IRA-MAURITANIE.

Le fils du ministre de la justice pistonné, maitre Brahim Ould Dadda a eu déjà de serieux problèmes avec la justice américaine sur une histoire de viole d’une américaine. C’est tout simplement hallucinant en écoutant les audios.  



journal de maintenant - mardi 21 novembre 2017

lundi 30 octobre 2017

le multi-recéleur



wikipédia à jour au 30 octobre 2017 à 21 heures 21 : interr. BFF à 22 heures

Tariq Ramadan

Tariq Ramadan
Description de cette image, également commentée ci-après
Tariq Ramadan en 2016.
Données clés
Naissance
26 août 1962 (55 ans)
Genève (Suisse)
Activité principale

Auteur
Langue d’écriture
Tariq Ramadan né le 26 août 1962 à Genève, est un islamologue suisse, d'origine égyptienne.
Petit-fils du fondateur des Frères musulmans Hassan el-Banna, il est professeur d’études islamiques contemporaines à l’université d’Oxford et professeur invité au sein de plusieurs universités. Il est titulaire d'un doctorat de l'université de Genève pour une thèse consacrée à son grand-père, et de sept Ijazat en sciences islamiquesn 1 obtenues à l'Université al-Azhar du Caire.
Tariq Ramadan est également conférencier, prédicateur1 et auteur de nombreux ouvrages sur le thème de l'islam et l'intégration.
Figure controversée, il est accusé par ses détracteurs d'être un adepte du « double discours », ce qu'il conteste en mettant leur analyse sur le compte d'une « double audition ».
En octobre 2017, il fait l'objet en France de deux plaintes pour viol.

Sommaire

Biographie

Enfance, études et famille

Tariq Ramadan est né en 1962 en Suisse2. Dernier enfant d'une fratrie de six, il est le fils de Saïd Ramadan et de Wafa el-Banna3. Le couple, originaire d'Égypte, s'est réfugié en Suisse en 1954 après l'assassinat en 1949 de Hassan el-Banna, fondateur des Frères musulmans et grand-père maternel de Tariq4. Son père fut une figure emblématique des Frères musulmans, dont il a fondé la branche palestinienne. Il est également le frère du prédicateur Hani Ramadan. Celui-ci est interdit de séjour sur le territoire français, pour menace pour l'ordre public, depuis avril 2017, toutefois Tariq Ramadan considère cette mesure comme électoraliste5.
Tariq Ramadan étudie l'islamologie et la littérature française à l'université de Genève. Il se marie à 24 ans à une Française d'origine bretonne convertie à l'islam avec laquelle il aura quatre enfants6,7,2.
Entre 1988 et 1992, il occupe un poste d'enseignant, d'éducateur et de doyen8 au collège de Saussure, à Genève. Un collègue dit de lui : « Ce qui m’a tout de suite plu chez Tariq Ramadan — que je venais de rencontrer —, c’était la façon dont il parlait de ses élèves ou bien des toxicos dont il s’occupait. Les mots qu’il trouvait étaient justes et résonnaient très fort pour le jeune éducateur français que j’étais. Personne n’anticipait alors son ambition d’être le réformiste de l’islam du XXIe, comme le fut son grand père au XXe »9.
En 1991, il se rend avec sa femme et ses enfants au Caire afin de poursuivre des cours d'études islamiques. Il s'y lie d'amitié avec l'islamologue François Burgat, qui dit de lui : « Tariq est venu en Égypte pour suivre des cours de sciences islamiques et que ses enfants s’arabisent. Il redécouvrait le terroir social, politique et culturel de son grand-père. Ce genre de retour est compliqué pour tout musulman occidental, quel qu’il soit. Mais pour Tariq s’y ajoutait le fait d’être le petit-fils de Hassan el-Banna, à l’égard duquel il ne semblait cependant pas éprouver de fascination »9.
Il revient en Suisse pour soutenir une thèse de doctorat à l'université de Genève10 intitulée Aux sources du renouveau islamique, consacrée à son grand-père, Hassan el-Banna, une figure de l'islamisme11,12. D'après Mathieu Magnaudeix, cette thèse « [a] été jugée en Suisse trop hagiographique et historiquement douteuse, ce qui lui [a] fermé les portes des universités prestigieuses »13. Son directeur de thèse, Ali Merad, affirme avoir été menacé d'une plainte s'il n'obtenait pas son doctorat : « J'ai été directeur de thèse pendant près de quarante ans. Je n'ai jamais vu un étudiant se conduire de la sorte »14.
Entre 1992 et 1993, Ramadan étudie les sciences islamiques à l’université al-Azhar du Caire15. Il y obtient sept Ijazat (licences dont la détention est obligatoire pour enseigner dans différentes matières islamiques)10.

Carrière

À partir de 1992, il donne des conférences en France. Ainsi, il participe en 1993 et 1994 au congrès de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF)[réf. nécessaire].
De 1996 à 2003, il est chargé de coursn 2 d'islamologie à l'université de Fribourg16 (il prétendait initialement y être professeur, avant que ne soit révélé qu'il y enseignait seulement à titre bénévole)17. En 2004, l'université catholique de Notre-Dame, à South Bend (Indiana) lui offre une double chaire permanente de sciences islamiques18. Il est également attaché au Joan B. Kroc Institute pour traiter des relations entre les religions, des conflits et de la promotion de la paix)18.
En 2005, à la suite des attentats de Londres du 7 juillet, Tariq Ramadan est invité à participer à un groupe de réflexion lancé par le Premier ministre Tony Blair sur le problème de l'extrémisme islamique au Royaume-Uni7. La même année, il obtient une bourse universitaire pour intégrer en tant que professeur invité le centre d'études proche-orientales du St Antony's College de l'université d'Oxford7. Aujourd'hui, il y est titulaire de la chaire d'études islamiques contemporaines19.
Bien que cette chaire ait été initialement financée par la Fondation du Qatar, Tariq Ramadan se défend de toute proximité avec l'État qatari, affirmant : « Ni le Qatar n'est proche de moi, ni moi je ne suis proche du Qatar » ; et « la chaire d’Oxford est une chaire permanente, que le Qatar a certes financé, mais dont la gestion est sous l’autorité exclusive d’Oxford »20. D'après Haounes Seniguern 3, « c'est au prédicateur Youssef al-Qaradâwî que Tariq Ramadan doit en partie sa nomination en tant que professeur en études islamiques contemporaines au St Anthony’s College »6.
Depuis 2011, Il est directeur du Centre de recherche sur la législation islamique et l’éthique (CILE), fondé en 2011, au sein de la Faculté des études islamiques, à Doha (Qatar), professeur invité à la même faculté qatari, à l’université Mundiapolis (Maroc), où il enseigne la philosophie, et chercheur à l’université Dōshisha (Kyoto, Japon)10,21,9,22.
Il est également président du think tank European Muslim Network, membre de l’Union internationale des savants musulmans7, et membre du groupe consultatif sur la liberté de religion ou de croyance du bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth23.

Influences

Selon Ian Hamel, Tariq Ramadan — qui affirme ne pas appartenir à la confrérie des frères musulmans — ne remet en cause son grand-père (fondateur de l'organisation) dans aucun de ses écrits, lui ayant même consacré sa thèse universitaire intitulée Aux sources du renouveau islamique11. Dans ce travail, il va même jusqu'à présenter Hassan el-Banna comme une sorte de « Gandhi musulman »11. Le même journaliste écrit par ailleurs : « lorsqu'il dirigeait le Foyer culturel musulman de Genève, Tariq Ramadan a baptisé son bulletin Jalons, renvoyant à Jalons sur le chemin de l'islam de l'idéologue Sayyid Qutb, le plus extrémiste des Frères musulmans égyptiens11 ».
Pour Ian Hamel, Tariq Ramadan a été influencé par le déclin de son père, Saïd, qui « eut longtemps un rayonnement considérable dans le monde musulman » mais qu'il n'a jamais connu que comme « un homme seul, meurtri, oublié par ses anciens amis ». Une de ses motivations serait de « reprendre le flambeau qui a échappé des mains de son père »4.
Le frère de Tariq, Hani Ramadan, réside à Genève, où il dirige le Centre islamique de Genève. Il s'est fait connaître après avoir publié dans Le Monde un article sur la charia où il dit de la lapidation qu'« elle constitue une punition, mais aussi une forme de purification24 ». D'après Ian Hamel, « les deux frères ont des approches non seulement dissemblables mais opposées4 ».
Selon Ian Hamel, une autre personnalité qui a influencé Ramadan est Malcolm X : « un tribun extraordinaire, d’une intelligence vive, jouissant d’une immense popularité, (...) capable de se remettre en question [:] un vrai intellectuel [et un rebelle]. Tout ce que Tariq Ramadan aspire à être »4.

Idées et prises de position

Dans son livre Mon intime conviction, paru en 2009, Tariq Ramadan développe ses différentes idées et positions.

Sur l'intégration

Tariq Ramadan explique qu'il s'intéresse à cette question depuis plus de deux décennies, essayant de « construire des ponts, d'expliquer et de faire mieux comprendre l'islam au monde musulman autant qu'à l'Occident ». Il se voit dans le rôle de médiateur entre les univers occidental et islamique, entre leurs cultures et leurs croyances religieuses respectives. Il assume pleinement sa religion musulmane et sa culture occidentale, et affirme que « les valeurs et les espoirs communs sont plus essentiels et plus nombreux que les différences. »
Son objectif est « de montrer, théoriquement autant que pratiquement, que l'on peut être tout à la fois pleinement musulman et occidental et que, au-delà de nos différences apparentes, nous partageons beaucoup de valeurs à partir desquelles le « vivre ensemble » est possible dans nos sociétés pluralistes, multiculturelles, et où coexistent plusieurs religions. »25 Il estime cependant que son message est « difficile à faire entendre en ces temps de débats passionnés, où les voix se confondent et la surdité se généralise »26.

La société plurielle est un fait

Pour Tariq Ramadan, la société plurielle et pluraliste est un fait. Il ne s'agit plus d'être pour ou contre, mais de faire avec : « Le défi de la diversité exige des solutions pratiques et impose aux citoyens, aux intellectuels comme aux représentants religieux, de développer un esprit critique et nuancé, toujours ouvert à l'évolution, à l'analyse et, bien sûr, à l'autocritique. »[réf. souhaitée]
Dans Mon intime conviction, il explique qu'il refuse de jouer à ces jeux réducteurs, où il s'agirait de devoir choisir sans nuance si l'on est d'abord musulman, ou d'abord Européen. D'après lui, la question n'a pas de sens :« Dans l'ordre religieux et philosophique, celui qui donne sens à la vie, l'être humain est d'abord athée, bouddhiste, juif, chrétien et musulman : son passeport, sa nationalité ne répondent pas à la question existentielle. Quand il faut voter pour un candidat, l'individu a une identité citoyenne, et il est d'abord un Américain, un Italien, un Français ou un Britannique s'engageant dans les affaires de son pays. Selon l'ordre ou le champ d'activité, l'individu a donc d'abord telle ou telle identité, sans que cela soit contradictoire. »27. À titre d'illustration, il explique qu'un poète végétarien interviendra, dans un cercle de poésie, en sa qualité de poète, mais s'identifiera ensuite comme un végétarien, quand il passera à table.
Dans ce contexte de société plurielle et multi-culturelle, il déclare qu'en ce qui le concerne, « Depuis longtemps, je répète aux musulmans et à mes concitoyens que je suis suisse de nationalité, égyptien de mémoire, musulman de religion, européen de culture, universaliste de principe, marocain et mauricien d'adoption. »28

Identité musulmane et laïcité

Tariq Ramadan se fait connaître en France en 1994, après la publication d'un ouvrage intitulé Les musulmans dans la laïcité. Il plaide pour que les musulmans vivant en Occident ne se considèrent plus comme des étrangers, ou comme des résidents temporaires mais comme des citoyens à part entière. Selon lui, ce changement de mentalité doit éviter toute aliénation : il réclame le droit d'« être musulman européen » (titre d'un autre de ses livres), demandant aux parents immigrés de ne pas confondre culture et religion. Il y écrit : « Un musulman, résident ou citoyen, doit se considérer sous l'effet d'un contrat à la fois moral et social avec le pays où il séjourne. En d'autres termes, il se doit d'en respecter les lois. »
Dans son livre Peut-on vivre avec l'islam ?, il dit que le musulman ne se définit pas par ses croyances mais par ses pratiques, et que la pratique régulière, et en toute légalité, des rites musulmans en Europe, est à l'origine de tensions sociales parce qu'elle est ressentie comme un refus d'intégration plutôt que le contraire, qui est l'auto-détermination en tant que musulman européen. Il considère que les musulmans devraient être des citoyens actifs, et agir contre l'injustice dans le cadre des différentes associations (syndicats, parents d'élèves, etc).
Tariq Ramadan enseigne un respect du Coran, lui-même entendu selon une lecture qui d'abord respecte la tradition et son sens fondamental, pour la distinguer d'une autre lecture, rationaliste, et qui pourrait s'accorder avec la tradition du rationalisme occidental et chercherait à s'accorder avec celle-ci29.
Salafisme
Il déclare en novembre 2003 sur la radio Beur FM : « Il y a la tendance réformiste rationaliste et la tendance salafiste au sens où le salafisme essaie de rester fidèle aux fondements. Je suis de cette tendance-là, c'est-à-dire qu'il y a un certain nombre de principes qui sont pour moi fondamentaux, que je ne veux pas trahir en tant que musulman »30.
Pour lui le plus important, c'est l'effort d'interprétation - ijtihad - que doivent accomplir les musulmans, ne pas avoir une lecture du Coran littérale mais, au contraire, prendre compte du contexte historique et actuel des lois et traditions islamiques29.

Position sur l'identité nationale

Pour Tariq Ramadan, il n'y a pas d'identité nationale :
« Nous avons des identités multiples et en mouvement, et rien ne s'oppose (religieusement, légalement ou culturellement) à ce qu'une femme ou un homme soit à la fois européen(ne) ou américain(e) et musulman(e). L'islam est bien sûr un et unique sur le plan des principes religieux fondateurs, mais il intègre diversité d'interprétations et pluralité des cultures. Son universalité provient d'ailleurs de cette capacité à intégrer la diversité dans son unicité fondatrice31. »
Le problème résulte du fait qu'il existe « une confusion de taille entre le donné culturel et la référence religieuse : pour beaucoup, être et rester musulmans signifie être musulmans comme ils l'avaient été au Maroc, en Algérie, en Égypte, au Liban, au Pakistan ou en Turquie. […] Pour beaucoup… il ne pouvait être question de prendre la nationalité du pays d'accueil puisqu'un jour ils retourneraient « “chez eux”32. »
Mais une ou deux générations après l'arrivée des premiers immigrés musulmans dans les pays occidentaux, en Europe et en Amérique, les choses ont, déjà, radicalement changé. La deuxième génération, puis la troisième, se sont imprégnées de la langue et de la culture du pays natal occidental, se considérant, sur le plan culturel, comme des Français, des Britanniques, des Américains ou des Canadiens. Ils se sentent chez eux dans cet environnement occidental, y font leur vie en fonction de leurs capacités et de leurs ambitions, et essaient d'y préparer un avenir encore meilleur pour leurs enfants33.
« Les nouvelles générations sont, dans leur grande majorité, pleinement musulmanes quant à la religion, et pleinement occidentales quant à la culture. Cela ne leur pose aucun problème, » observe Ramadan34. « L'islam occidental est aujourd'hui une réalité. »33
Sur le plan religieux, la sécularisation et la laïcité qui prévalent dans les pays occidentaux assurent le pluralisme religieux. Les droits fondamentaux des individus en matière de liberté de conscience et de liberté de culte sont reconnus et protégés par les lois nationales. Les citoyens musulmans peuvent, de ce fait, librement exercer leur culte, à l'instar de toutes les autres religions pratiquées dans le pays. Ils doivent, en cas de besoin, s'assurer qu'à l'application, un traitement juste et égalitaire est effectivement respecté entre les différentes religions35. En contrepartie, ils doivent, de leur côté, respecter ces lois, évidemment.
Pour Ramadan, « il appartient aux individus musulmans d'être – et de devenir – des citoyens engagés qui connaissent leurs responsabilités et leurs droits. Dépassant le réflexe minoritaire ou la tentation victimaire, ils ont les moyens d'accéder à une nouvelle ère de leur histoire. En effet, pour ceux qui sont nés en Occident – ou qui y sont des citoyens -, il n'est plus question d'« immigration », « d' « installation » ou d'« intégration », mais bien de « participation » et de « contribution ». « Nous sommes passés, et que nous devons passer, à l'ère du discours de la « post-intégration » : il faut désormais établir un sens profond et assumé de l'appartenance. C'est le nouveau « nous » que j'appelle de mes vœux, et qui déjà est une réalité dans certaines expériences locales. »36

Défis que les Occidentaux musulmans doivent relever

Dans Mon intime conviction, Ramadan passe en revue, entre autres, les défis auxquels les musulmans sont confrontés dans les pays occidentaux. Les vrais défis se situent, pour lui, dans de tout autres domaines que ceux des mosquées, des imams ou des écoles privées musulmanes.
  • En tout premier lieu se pose la question de la charia. D'après lui, cette dernière n'est ni un « système », ni un « corps de lois islamiques fermées »37, mais bien plutôt la « Voie de la fidélité aux objectifs de l'Islam » (qui sont de protéger la vie, la dignité, la justice, l'égalité, la paix, la nature, etc.). Toutes les lois qui protègent la vie et la dignité humaines, promeuvent la justice et l'égalité, imposent le respect de la nature, ... sont, d'après Ramadan, « ma shari'a appliquée dans ma société même si celle-ci n'est pas majoritairement musulmane ou que ces lois n'ont pas été pensées et produites par des savants musulmans. Je suis dans la Voie puisque ces lois me permettent d'être fidèle à ses objectifs fondamentaux et donc d'être fidèle au message et aux principes de l'islam. »38
  • En deuxième lieu, les musulmans qui sont déjà des citoyens d'un pays européen ne doivent plus se laisser traiter de « minorités » car, souligne-t-il, il n'existe pas, en droit européen, de « citoyenneté minoritaire » ! Ils sont des citoyens à part entière, quelle que soit leur religion et leur culture. Ils doivent donc lutter contre cette mentalité de « minoritaires » et s'inscrire pleinement dans la participation citoyenne sur un pied d'égalité avec la « majorité » de la population39. Ils doivent établir clairement qu'ils sont chez eux en Occident, et qu'il s'agit de suivre la Voie de la fidélité aux principes supérieurs de l'islam ici comme ailleurs. Ils doivent, de cette manière, se prendre en charge et se libérer de la mentalité de victime40.
    Au lieu de blâmer constamment « la-société-qui-ne-nous-aime-pas », « l'islamophobie », ou encore le « racisme », justifiant ainsi leur passivité face aux défis auxquels ils sont confrontés, ils doivent « s'engager en tant que citoyens et lutter contre les injustices, le racisme, la discrimination, les discours populistes de stigmatisation et les hypocrisies. »40 Ils ne doivent pas, à cet égard, se limiter aux questions qui concernent spécifiquement la religion ou la communauté musulmanes, mais s'intéresser plus généralement à toutes les questions de société qui concernent l'ensemble de la population (telles que les questions sociales, l'enseignement, le chômage et l'emploi, la délinquance, la violence urbaine, les activités des partis politiques, les relations internationales, etc.)41
  • Ils doivent également repenser l'éducation islamique donnée à leurs enfants, tant dans son contenu que dans sa forme, afin de la replacer dans le contexte de leur environnement occidental, en tenant spécifiquement compte des nombreux défis qui se posent aux musulmans d'Occident. Ils doivent, dans ce contexte, se préoccuper de comprendre les facteurs qui poussent les jeunes à adopter des interprétations extrémistes de la religion, voire à s'engager parfois dans des actes de violence.

France musulmane

Dans un discours lors de la Rencontre annuelle des musulmans du Nord42, Ramadan expose sa conception d'une France de l'Islam intégrée à l'ensemble du monde musulman :
« La France est une culture maintenant musulmane. L'islam est une religion française. La langue française est une langue de l'islam. Vous avez le capacité culturelle de faire que la culture française soit considérée comme une culture musulmane parmi les cultures musulmanes. »

Droits légitimes et rôle de la femme musulmane

Tariq Ramadan estime que les coutumes et traditions ont été confondues avec les prescriptions religieuses, et qu'on en est arrivé à justifier des pratiques culturelles qui n'étaient pas « islamiques » telles que l'excision des femmes, les mariages forcés ou les crimes d'honneur43. Il précise que « l'islam [en soi] n'a pas de problème avec les femmes »44 mais que les théologiens ont procédé, au cours des siècles, à une lecture trop littéraliste du Coran et des traditions du Prophète et que ce faisant, ils ont figé le Texte hors de son contexte, ne tenant guère compte, ce faisant, des finalités du message global de la Révélation45.
Les femmes doivent avoir accès au travail et obtenir un salaire égal à celui des hommes, à compétence égale. Les discriminations à l'emploi des femmes, pour les raisons les plus diverses, doivent être refusées et combattues. Ce combat pour la reconnaissance des droits des femmes musulmanes doit être mené de l'intérieur du système islamique pour avoir quelque chance de succès, et doit mobiliser les efforts de l'ensemble des membres de la communauté. Les hommes doivent accepter, à cet égard, le fait que « garantir la liberté de la femme signifie accepter que celle-ci puisse faire un choix que l'on comprend ou un autre que l'on ne comprend pas »46.
Ramadan estime également que les femmes doivent s'engager elles-mêmes dans un travail critique approfondi de leur situation dans la communauté musulmane, « en acquérant les connaissances religieuses nécessaires pour développer des lectures féminines nouvelles. Il faut qu'elles soient présentes dans les espaces de décision de la communauté religieuse, dans les organisations, les conseils de gestion des mosquées, etc. On doit bousculer les choses pour que les femmes trouvent leur juste place, mais elles doivent aussi se mobiliser : elles n'obtiendront rien si, de leur côté, elles cultivent une attitude de victimes. On le voit aujourd'hui, partout où les femmes ont accès à l'instruction, à l'éducation islamique, et même à l'engagement communautaire et social, elles font mieux que les hommes : meilleurs résultats, plus d'engagement, plus de rigueur et de sérieux. La réalité et les chiffres parlent d'eux-mêmes47. »

Sujets d'actualités

Tariq Ramadan s'est exprimé sur des sujets d'actualité lié à l'intégration des musulmans ou à des différences culturelles.

Loi sur les signes religieux

Tariq Ramadan déclare[réf. souhaitée] : « Je considère que la loi de 1905 convient parfaitement à l'intégration de l'islam. Il suffit de l'appliquer de manière simple et égalitaire. »
Peu après[Quand ?], Tariq Ramadan intervient dans les débats concernant la loi française sur les signes religieux : avant le vote de ladite loi, il engage ceux qui le suivent à s'opposer à cette loi, au nom de l'islamophobie supposée de celle-ci. Dans un texte paru sur oumma.com48, il déclare :
« La lutte que nous sommes en train d’entamer sera longue et elle exige une vision claire des enjeux globaux présents et futurs. […] il faut se lever aujourd’hui et s’opposer à ce projet de loi discriminatoire et insensé. »
Au moment où ce débat a lieu dans le pays est organisée une rencontre télévisée entre lui et le ministre de l'Intérieur — à l'époque, Nicolas Sarkozy — lors de l'émission 100 minutes pour convaincre. Sur le thème du voile islamique à l'école, lorsque Nicolas Sarkozy lui demande s'il peut demander que les élèves musulmanes portent seulement un signe discret d'appartenance, Tariq Ramadan répond « elles peuvent enlever le voile » ; alors que Sarkozy le coupe en demandant « on peut, ou on doit ? », Ramadan répond que le point de vue de Nicolas Sarkozy « ne correspond pas à la loi de 1905 » ni à l'arrêt du Conseil d'État de 198949.

Mariage mixte

Tariq Ramadan distingue deux dimensions au mariage : le mariage entre deux personnes de religions différentes et l’union de deux cultures différentes.
Concernant la dimension religieuse, il rappelle les règles coraniques : le musulman peut se marier avec une juive ou une chrétienne mais la musulmane ne peut se marier qu'avec un musulman50. Cependant, il rappelle qu'il ne faut pas frapper d’ostracisme une femme musulmane mariée avec un non-musulman : « elles sont et demeurent musulmanes et il n’y a lieu ni de les condamner ni de les juger ».
Quant à l’union de deux cultures différentes Tariq Ramadan met en avant la difficulté de construire un couple à travers des cultures différentes et appelle à la prudence et au discernement mais il ajoute que « chacun est en droit de faire librement ses choix et ceux-ci doivent être respectés. »51

Bikini

Dans son livre Les Grands Péchés, il conseille aux musulmans d'éviter les piscines mixtes, afin de ne pas avoir à regarder les femmes en bikini14.

Conflit israélo-palestinien

Pour résoudre le conflit israélo-palestinien, Tariq Ramadan s'est déclaré personnellement en faveur non de la solution dite de « deux États pour deux peuples », mais en faveur « d'un seul État, dans lequel tout le monde vit »52.
Tariq Ramadan considère que le Hamas ne devrait pas être qualifié d'organisation terroriste par l'Union européenne. Au printemps 2009, il signe la pétition de la Belge Nadine Rosa-Rosso intitulée : Appel pour le retrait du Hamas de la liste européenne des organisations terroristes53.

Terrorisme islamiste

Réagissant à l'enlèvement des lycéennes de Chibok (2014) par les djihadistes de Boko Haram, Tariq Ramadan le condamne, avant de pointer la responsabilité de l'Occident, coupable de ne réagir qu'« à des exactions de cette nature sur le plan émotif » encourageant les terroristes à agir ainsi. Magazine estime alors qu'il s'agit d'« une dialectique largement en vogue dans les milieux de la sociologie d’extrême gauche qui nous explique encore aujourd’hui très sérieusement que le terrorisme islamiste n’est que la conséquence du racisme des Occidentaux »54.
Il condamne l'attentat de Paris contre Charlie Hebdo en janvier 2015 mais en visant les services de renseignement : « On a entendu hier [que les frères Kouachi] ont oublié leurs cartes d’identité dans la voiture, deux cartes d’identité... d’un côté tant de sophistication, de l’autre tant de stupidité... Nous devons demander qui sont ces gens, nous devons demander comment ils ont été en capacité de faire cela [...] Nous devons creuser, aller plus profond, nous devons demander quelles sont leurs connexions, quel est le rôle des services secrets dans toute cette affaire, où sont-ils, comment cela a-t-il pu se passer de cette manière [...] nous devons condamner, mais nous ne devons pas être naïfs »54.

Sujets polémiques

Dans le cadre de controverses, Tariq Ramadan est appelé à s'exprimer sur des accusations à son encontre ou à clarifier des nuances ou points de vue dans son discours.

Antisémitisme

Tariq Ramadan a été accusé d'antisémitisme55. Il déclare de son côté que :
« Les musulmans, au nom de leur conscience et de leur foi, se doivent de prendre une position claire en refusant qu'une atmosphère délétère s'installe en France. Rien dans l'islam ne peut légitimer la xénophobie et le rejet d'un être humain par le seul fait de sa religion ou de son appartenance. Ce qu'il faut dire avec force et détermination, c'est que l'antisémitisme est inacceptable et indéfendable. Le message de l'islam impose le respect de la religion et de la spiritualité juives, considérées comme la noble expression des “gens du Livre”56. »

Châtiments corporels

Dans Frère Tariq (2004), Caroline Fourest accuse Tariq Ramadan notamment de ne pas condamner la lapidation. En 2005, appelant à un « moratoire sur l'application de la charia dans le monde musulman », il affirme que cette mesure « aurait le double avantage de faire cesser immédiatement ces pratiques au nom même de l'exigence de justice de l'islam et d'entamer une réflexion de fond. », et ajoute :
« Lorsque nous appelons à un moratoire sur les châtiments corporels, la lapidation et la peine de mort, des voix se font entendre en Occident affirmant : "C'est inacceptable, ce n'est pas assez!". D'autres, dans le monde musulman, s'exclament : "C'est inacceptable, c'est une trahison de nos références!". A mi-chemin entre ces deux attitudes, l'appel au moratoire est une directe et nécessaire interpellation à l'adresse du monde musulman à partir de ses propres références (et de l'intérieur) parce que nous sommes convaincus que la réflexion et l'évolution des mentalités ne sont possibles qu'à partir de dynamiques endogènes aux sociétés57. »
En 2007, dans un débat avec Philippe de Villiers, dans l'émission française Ripostes. Tariq Ramadan condamne la lapidation et déclare : « La position qui est la mienne aujourd'hui, c'est de faire en sorte que dans le monde musulman, on puisse cesser cela tout de suite. » À l'occasion de la même émission, il précise que c'est à tous les châtiments corporels qu'il s'oppose : « la lapidation contre les femmes, mais aussi contre les hommes ; contre la peine de mort et contre la torture[réf. souhaitée]. ». Il défend encore, en 2009, sa position en faveur du moratoire en soutenant que : « Les pays musulmans prennent [les] textes très au sérieux […] il ne suffit pas de condamner pour faire avancer les choses […]. Il faut ouvrir le débat et trouver une pédagogie […]. Ma position est l'arrêt total des châtiments corporels58 ».
Après la polémique sur le moratoire, il est, selon Le Figaro Magazine, moins souvent invité dans les médias français59.

Homosexualité

Sur l'homosexualité, Tariq Ramadan soutient que les familles musulmanes doivent expliquer aux enfants que ce n'est pas une pratique que l'on peut « normaliser », même si elle est acceptée dans la société dans laquelle on vit. C'est la conception de l'homosexualité dans l'Islam qui doit prévaloir pour éduquer ses enfants60.
Dans Frère Tariq et dans des polémiques engagées par la suite, Caroline Fourest61 et d'autres personnalités également accusent Tariq Ramadan d'homophobie62. Fourest souligne ainsi que dans son livre Peut-on vivre avec l'islam ?, Ramadan écrit qu'il existe un discours de rejet de l'homosexualité dans la plupart des grandes religions, qui n'hésitent pas à qualifier ce comportement de « perturbation » ou de « déséquilibre »63.
Sur l'homosexualité, Ramadan rappelle que l'islam condamne de telles pratiques. Cependant, pour lui, « on peut être en désaccord avec le comportement d'une personne (sur le plan public ou privé) mais respecter la personne en tant qu’être ». Selon lui, « une personne qui prononce l'attestation de foi islamique devient musulmane et si, par ailleurs, elle pratique l'homosexualité, il n'appartient à personne de la sortir de l'islam. Un comportement considéré comme répréhensible par les règles morales ne suffit pas à excommunier un individu »64. Le 17 avril 2014, dans l'émission Bourdin Direct, Tariq Ramadan déclare : « La question de l’homosexualité doit être posée dans des termes de philosophie de vie : je pense que ce n'est pas ce que je considère comme le projet divin, je pense que c’est quelque chose qui va à l’encontre de ma foi. »65

Controverses

Selon Mathieu Magnaudeix, Tariq Ramadan est en France un penseur entouré d'un « halo de soupçon [qui] provoque des polémiques comme nulle part ailleurs. [...] Depuis 1995, il est honni par une grande partie de l’establishment français qui le soupçonne de communautarisme et d'islamisme radical »66. Il est critiqué par des intellectuels et hommes politiques et organisations de droite comme de gauche67. Ses critiques vont de l'extrême-gauche à la droite : Lutte ouvrière, Bernard Cassen (Attac), Max Gallo, Manuel Valls (PS), Alexandre del Valle, Caroline Fourest...
Ramadan est défendu par d'autres personnalités, comme François Burgat68 qui estime qu'il n'est ni sexiste, ni antisémite, ni islamiste ou Pascal Boniface69. Selon Ian Hamel, Tariq Ramadan est un bouc émissaire des journalistes et politiciens en particulier français : « [i]l est connu. Son nom est facile à retenir, il s’appelle Ramadan comme le ramadan. Il ne dit pas « Oui missié » en baissant la tête lorsqu’il parle aux autres intellectuels français, et surtout il est le petit-fils d’Hassan Al-Banna. (...) Je constate que les Britanniques, mais aussi les Suisses, les Belges, les Hollandais, se montrent nettement plus ouverts que les “intellectuels“ français »4.

Critique envers les « intellectuels communautaires »

Invité au Forum social européen (FSE) de Paris en 2003, Tariq Ramadan y publie un texte polémique, qui fait naître l'accusation d'antisémitisme portée contre lui. Ce texte, Critiques des (nouveaux) intellectuels communautaires70, avait dans un premier temps été envoyé aux quotidiens Le Monde et Libération, qui en avaient refusé la publication.
Ramadan y affirme que plusieurs intellectuels juifs (comme Alexandre Adler, Alain Finkielkraut, Bernard-Henri Lévy, André Glucksmann ou Bernard Kouchner) ne seraient plus des intellectuels universalistes défendant les droits de l'homme universels, mais développeraient des analyses communautaristes, dictées uniquement par le soutien à Israël (« On perçoit clairement que leur positionnement politique répond à des logiques communautaires, en tant que juifs, ou nationalistes, en tant que défenseurs d’Israël »). Ce soutien les aurait amenés à soutenir la guerre d'Irak. Établissant une équivalence entre terrorisme islamiste et politique en Israël, il écrit : « S’il faut exiger des intellectuels et acteurs arabes et musulmans qu’ils condamnent, au nom du droit et des valeurs universelles communes, le terrorisme, la violence, l’antisémitisme et les États musulmans dictatoriaux de l’Arabie saoudite au Pakistan ; on n’en doit pas moins attendre des intellectuels juifs qu’ils dénoncent de façon claire la politique répressive de l’État d’Israël. »
Cette dénonciation d'intellectuels, sa forme, la globalisation de ses critiques (Pierre-André Taguieff n'a pas d'origines juives mais dont « tous les amis de la famille étaient des Juifs d'Europe de l’Est, marqués par l'expérience nazie ») et ce qu'il attribue à chacune des personnalités citées lui ont valu des réponses critiques de plusieurs intellectuels et éditorialistes, dont Alain Finkielkraut71 ou Bernard-Henri Lévy72 ; Lévy lui reproche notamment de produire des « énoncés antisémites » et invite les mouvements altermondialistes à prendre leurs distances avec lui. André Glucksmann répond dans l'article « Une obsession antisémite »73. Toujours dans le Nouvel Observateur, trois responsables du PS, Manuel Valls, Vincent Peillon et Jean-Luc Mélenchon demandent — en vain — l'exclusion de Tariq Ramadan du Forum social européen74.
Dans la polémique, Tariq Ramadan a également trouvé des défenseurs, dont Alain Gresh, Edgar Morin, Sonia Dayan, Raphaël Liogier, José Bové, le journaliste Daniel Mermet, Noël Mamère75, Denis Sieffert, directeur de rédaction de l'hebdomadaire Politis, qui reprenait à son compte une partie de ses arguments :
«  Mais que dit Ramadan de si extraordinaire ? Il accuse certains intellectuels « juifs français », ou « nationalistes », « de développer des analyses de plus en plus orientées par un souci communautaire qui tend à relativiser la défense des principes universels d’égalité ou de justice ». Il leur reproche une indignation sélective. Or, c'est un fait que l'on n'a pas souvenir d’avoir beaucoup entendu Finkielkraut, Adler, BHL ou encore Taguieff condamner la politique de répression de Sharon. »
Tariq Ramadan expliquera dans son entretien avec le journaliste Aziz Zemourin 4 que si les journaux Le Monde et Libération ont refusé le texte, les deux journaux n'ont pas invoqué le caractère antisémite77.

Controverses avec la journaliste Caroline Fourest

Caroline Fourest publie en octobre 2004 Frère Tariq78 dans lequel elle affirme que, dans la vingtaine d'ouvrages écrits par Tariq Ramadan, ainsi que la plupart de ses conférences enregistrées sous forme de cassettes, Ramadan est fondamentalement plus intégriste que réformiste.
Ramadan a répondu79 que Caroline Fourest interprétait librement ses discours en les sortant de leur contexte. Il estime également que son ouvrage à son sujet comporte un certain nombre de contre-vérités. Selon Amara Bamba, le « Frère Tariq » de Caroline Fourest est « un pamphlet écrit dans le style de la rhétorique salafiste-jihadiste appliquée à l'idéologie de gauche. Le pire dans cette rhétorique est la bonne foi des auteurs. Le tout donne un livre qui en dit plus sur Caroline Fourest que sur Tariq Ramadan12. »
En 2005, la journaliste dénonce avec Antoine Sfeir, dans les colonnes du journal Le Monde, un texte de Ramadan — publié peu avant par le même quotidien57 — et appelant à un moratoire sur la lapidation. Elle l'accuse de contribuer « à donner le sentiment aux musulmans européens (les seuls sur qui il a une emprise) qu'on peut tergiverser pour savoir s'il faut, ou non, lapider des adultères et battre sa femme80. »
Plusieurs débats ont opposé par la suite Fourest et Ramadann 5. Le 28 septembre 2009, dans l'émission On n'est pas couché de Laurent Ruquier, Ramadan met vivement en cause la journaliste, qui lui répond en affirmant qu'il aurait menti cinq fois au cours de cette émission, y compris à son sujet et au sujet de son livre 81.

« Double discours » ou « double audition » ?

Un certain nombre de journalistes et d'essayistes lui reprochent de prôner à la fois la stricte observance du Coran et des Hadîths et, par ailleurs, de prétendre concilier l'appartenance musulmane avec le mode de vie et les lois laïcs des sociétés européennes82,83,84. Les journalistes Caroline Fourest, Soheib Bencheikh, Antoine Sfeir ou Mohamed Sifaoui lui reprochent également de tenir un « double langage »85.
Exemples
  • En 2002, le politologue et journaliste Antoine Sfeir écrit dans une revue lyonnaise que Ramadan est un islamiste dangereux, militant contre l'intégration, un « fondamentaliste charmeur » et un « spécialiste du double langage ». Ramadan le poursuit en diffamation. Le tribunal en première instance et en appel relaxe le journaliste au bénéfice de la bonne foi86.
  • En 2003, la philosophe Cynthia Fleury et l'essayiste Emmanuel Lemieux dénoncent ce qu'ils appellent « l'entrisme » de Ramadan dans un long article de Libération :
« Pour déconstruire la "spiritualité" de Tariq Ramadan, il faut rappeler qu'il désire qu'elle fasse "autorité" sur la société ; que son "espace de témoignage" n'a rien d'un lieu de débats entre non-musulmans et musulmans, mais tout d'une islamisation de l'Occident, véritable nom de l'occidentalisation de l'islam87,54. »
  • En 2005, Paul Landau analyse le discours de Ramadan et notamment les concepts de « réformisme islamique » et celui de « shahada » (témoignage), « concept clé du discours de Ramadan »88.
  • En 2010, Pierre-André Taguieff voit en Ramadan un homme au « double visage »89 et relève ces propos diffusés par cassette audio :
« La crainte pour les musulmans en Occident, c'est que les musulmans répondent à l'Occident et ne répondent pas à Dieu. Or il faut répondre à Dieu et ce sera notre réponse à l'Occident90. »
  • À propos de l'attentat de Paris contre Charlie Hebdo en janvier 2015, le quotidien genevois Le Temps accuse l'islamologue de traiter Charlie Hebdo sur les radios étrangères « comme un journal de lâcheté et de faire de l'argent sur l'islam », alors qu'en France paradoxalement, il prône l'apaisement en déclarant à propos des caricatures du même journal :
« Même si notre cœur est blessé, notre intelligence doit avoir la dignité de ne pas répondre et de regarder au-delà91. »
Selon Ian Hamel, « les pamphlets de 400 pages sur Ramadan ne décrivent jamais une situation précise : lieu, date, heure, contexte, dans lesquels Tariq Ramadan aurait appelé à la lapidation des femmes adultères ou à la guerre contre l’Occident. C’est très clair pour moi, je l’ai dit à la télévision suisse récemment : Tariq Ramadan n’a pas de double discours4. »
Dans Faut-il faire taire Tariq Ramadan ?, Aziz Zemouri explique que Ramadan est confronté à un auditoire varié et du fait de cette diversité (musulmans, non-musulmans, groupes sociaux) ses propos restent inchangés mais son langage et ses références sont adaptés à son public et à ses interlocuteurs. Il explique que certains de ces accusateurs ne s’en tiennent qu’à l’énoncé littéral des sources qu’il donne, sans prendre en compte son avis sur ces mêmes sources. Ramadan affirme qu'il n'a pas de « double discours » mais plutôt que ces accusateurs ont une « double audition », qu'ils voient dans l'islam une religion archaïque et violente, et que, par conséquent, ils sont rétifs à la notion d’un islam ouvert92.
Stéphane Lacroixn 6 adopte une analyse comparable en relevant que, confronté à des publics différents, Ramadan est obligé d'adapter sa parole sans « que celle-ci ne varie réellement sur le fond. » Pour François Burgat, « il est stupide de parler de double discours à l'heure des réseaux sociaux et de YouTube quand tout est enregistré. » Selon Olivier Roy, « Ceux qui parlent de double discours pour Tariq Ramadan ne comprennent rien !93 »
Dans Mon intime conviction, Ramadan répond à ceux qui l'accusent de tenir un double discours